In Rio de Janeiro

À Rio la nature et le design urbain enchantent les yeux des spectateurs.

Rio de Janeiro, Brésil

Mais Rio de Janeiro, ville de grands contrastes, possède également de tristement célèbres favelas, bidonvilles notoires qui recèlent de violence, de souffrance et d’extrême pauvreté. Les favelas de Rio pénètrent profondément dans la conscience du présent, incitant à l’action ceux qui croient en la responsabilité sociale.

JR: Women Are Heroes, Rio de Janeiro, Brésil, 2008, photo de JR

En 2008, l’artiste innovateur et courageux JR a transformé Moro de Providência, une des favelas les plus violentes de Rio, en lieu inhabituel d’exposition artistique. Il pendit sur les façades des édifices dans la favela d‘immenses photos de visages et de pupilles féminines exprimant l’horreur mais aussi le courage et la force. Ces femmes, victimes de la violence dans les favelas de Rio étaient des héroïnes car elles ont gardé leur désir de vivre et d’aider les autres malgré les horreurs qui assombrissaient leurs propres vies C’est pour cette raison que JR a appelé son exposition „Les femmes sont des héroïnes“ Les images puissantes de JR ont attiré l‘attention du public international sur la situation des femmes dans les favelas de Rio. Son exposition donne de l’espoir. C’était l’espoir que l’exposition pousserait le public à faire pression sur les autorités brésiliennes afin que ces autorités agissent et aide les femmes dans les favelas. Suite…

Parmi les éminents combattants pour la justice sociale à Rio se trouve Yvonne Bezerra de Mello, qui a consacré sa vie et son travail au secours et à la formation des enfants des favelas de Rio. En 1998, elle a fondé le Projeto UERÊ, une école pour les enfants de la rue et autres enfants traumatisés. Avec peu d’argent et une équipe de quatre enseignants dévoués, elle a aidé des milliers d’enfants dans le besoin en leur offrant éducation, nourriture, soins médicaux et abris. « Projeto UERÊ s’occupe quotidiennement de 430 enfants souffrant de graves problèmes d’apprentissage et des handicaps causés par une exposition prolongée à la violence.

Depuis 1993, au total 1020 enfants ont reçu leur éducation par le Projeto UERÊ. Notre méthodologie d’enseignement s’est avérée fructueuse. Elle a contribué à réhabiliter les enfants et à les aider à intégrer un programme d’étude régulier et une vie scolaire normale », écrit Yvonne Bezerra de Mello. La Cité des Cultures de la Paix est en train d’établir un nouveau programme d’éducation pour aider Projeto UERÊ. L’école a besoin de votre aide. Pour plus d’informations sur le Projeto UERÊ, voir : www.projetouere.org.br and PROJETO UERÊ

        

____________________________________

Les Photos et les droits: La Photo 1:  « Aerial view of Rio De Janeiro, including Sugar Loaf Mountain » (Le photographe: Le Père de J. G. Klein, 1967) © J. G. Klein; la photo 2: « Women are Heroes » © JR et L’AGENCE VU’ (Paris, France); les photos 3, 4: Yvonne Bezerra de Mello et ses étudiants © Yvonne Bezerra de Mello et le Projeto Uerê; Photos 5, 6, 7: une photo des cours à l’école du Projeto Uerê, une photo des étudiants de l’école du Projeto Uerê et une photo du journal Uerê © Yvonne Bezerra de Mello et le Projeto Uerê.